La Fête du 1er Mai au Togo : Dialogue Social et Détermination Syndicale

Mots Clés : Bulletins d’Information Droits humains & syndicaux Togo

Lomé, Togo - Le 1er mai 2024, le Togo s’est uni au reste du monde pour célébrer la Journée Internationale des Travailleurs, marquant ainsi une journée mémorable dans l’histoire du mouvement syndical. Au-delà des festivités traditionnelles, cette journée a été caractérisée par une rencontre entre le ministre en charge de la fonction publique, Gilbert Bawara, et les représentants des centrales syndicales du pays.

Organisée par la Coordination des Centrales Syndicales du Togo (CCST), cette réunion visait à présenter au gouvernement et aux employeurs un cahier de doléances, symbolisant l’engagement traditionnel du syndicalisme. Cependant, en raison de la situation sociopolitique actuelle du pays, cette démarche solennelle n’a pas pu se dérouler comme prévu.

Le Secrétaire Général de l’Union Nationale des Syndicats Indépendants du Togo (UNSIT) et porte-parole de la CCST, SENOUVO Vissikou, a exprimé la déception quant à l’indisponibilité du gouvernement pour recevoir officiellement le cahier de doléances. Malgré cela, il a souligné que des discussions franches et ouvertes ont eu lieu avec le gouvernement.

« Nous avons un cahier de doléances que nous entendions présenter au gouvernement et au patronat dans la conception traditionnelle du syndicalisme qui devrait nous conduire de façon officielle au bout d’une marche qui aboutira au palais du congrès pour remettre ce cahier de doléances au vu et au su de tous les travailleurs, mais cela n’a pas été possible en raison des raisons politiques du moment, nous n’avons pas la disponibilité du gouvernement et cela se comprend, ce qui fait que nous ne pouvons pas remettre le cahier de doléances de façon officielle au gouvernement, mais je peux garantir que nous avons des discussions ouvertes et franches avec le gouvernement », a déclaré SENOUVO Vissikou, SG de l’UNSIT, porte-parole de la Coordination des Centrales Syndicales du Togo (CCST).

Parmi les points inscrits dans le cahier de doléances figurent des questions cruciales telles que l’efficacité du dialogue social, la mise en œuvre de l’assurance maladie universelle, ainsi que le pacte national de stabilité sociale et ses implications pour les travailleurs.

En réponse, le ministre Gilbert Bawara a assuré les centrales syndicales de la disponibilité du gouvernement à engager un dialogue constructif sur les grands défis et enjeux socio-économiques du pays. Il a également souligné l’importance de surveiller de près la mise en œuvre de l’assurance maladie universelle et de garantir la stabilité sociale et économique à travers le pacte national.

Tout en adressant ses vœux de bonne fête aux travailleurs et travailleuses, le ministre a salué leur engagement et leur dévouement, soulignant leur contribution essentielle à la préservation de la paix et à la promotion du progrès économique et social du pays.

Cette journée du 1er mai a ainsi mis en lumière l’importance du dialogue social et de l’action syndicale dans la quête de conditions de travail et de vie meilleures pour tous les travailleurs togolais, reflétant ainsi l’esprit de solidarité et de détermination qui anime le mouvement syndical au Togo.

Documents & Media Associés

Documents

Télécharger les Fichiers

Audios

Ecouter les Fichiers Audio

Photos

Cliquer pour agrandir et parcourir

La CSI AFRIQUE

PROFIL SYNDICAL DE L’EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT

L’outil TUDEP est un instrument d’apprentissage qui vise à soutenir les acteurs syndicaux du (...)

DÉPLIANT D’INTRODUCTION AUX ODD

Ce dépliant vise à présenter aux syndicalistes le Programme 2030, en mettant l’accent sur les (...)

OUTIL SUR LA CAPACITÉ ORGANISATIONNELLE DES SYNDICATS (outil-COS)

La présente note d’orientation présente le cadre COS ; elle passe en revue les étapes (...)